PRAGMAMEDIA-LOGO

49 militaires ivoiriens arrêtés et peu de concret

49 militaires ivoiriens arrêtés et peu de concret


Warning: A non-numeric value encountered in /home3/express1/public_html/wp-includes/media.php on line 444

Warning: A non-numeric value encountered in /home3/express1/public_html/wp-includes/media.php on line 449

Warning: A non-numeric value encountered in /home3/express1/public_html/wp-includes/media.php on line 478

Warning: A non-numeric value encountered in /home3/express1/public_html/wp-includes/media.php on line 483
49 militaires ivoiriens arrêtés à bamako

Warning: A non-numeric value encountered in /home3/express1/public_html/wp-includes/media.php on line 444

Warning: A non-numeric value encountered in /home3/express1/public_html/wp-includes/media.php on line 449

Warning: A non-numeric value encountered in /home3/express1/public_html/wp-includes/media.php on line 478

Warning: A non-numeric value encountered in /home3/express1/public_html/wp-includes/media.php on line 483
49 militaires ivoiriens arrêtés à bamako

Le 10 juillet Bamako arrête 49 militaires ivoiriens qui se sont présentés au contrôle aéroportuaire en mentionnant une mission d’appui aux contingents ivoiriens.

Les réseaux sociaux s’enflamment et parlent d’une tentative de coup d’État. Le pouvoir malien dénonce une absence d’autorisation. Le colonel Abdoulaye Maïga ira jusqu’à accuser les soldats d’être des mercenaires en mission de déstabilisation. Le pouvoir ivoirien affirme avoir effectué les demandes d’accès et exige la libération des soldats qu’elle reconnait comme membre de l’armée nationale de Côte d’Ivoire. Contestant le statut de mercenaire.

Le 11 juillet des médias maliens s’interrogent sur la réalité des communiqués du gouvernement en soulignant que les soldats se sont présentés d’eux même au contrôle aéroportuaire, sans opposer de résistance.

Le même jour un porte parole des Nations Unis, Olivier Salgodo précise que les soldats ivoiriens ont bien effectué une demande en tant qu’Elements de Soutiens Nationaux (NSE), et non en tant qu’éléments de la MINUSMA.

Tournant clef dans l’opposition des versions avec une publication de RFI le 13 juillet intitulée : « l’ONU affirme que les soldats arrêtés au Mali ne sont pas de la MINUSMA ». Le sujet commence en citant une source anonyme indiquant que les 49 militaires ivoiriens n’auraient pas effectué de demande NSE, ni pour le transport d’arme. Avant d’affirmer que « les autorités maliennes ont prévenu l’ONU bien en aval de l’arrestation des soldats ivoiriens, qui a déplacé ses équipes le 12 avril pour vérifier différentes pistes et incohérences. Mais après avoir épluché les registres du personnel elle (l’ONU) en est sûre : ces hommes n’ont pas le statut d’Eléments Nationaux de Soutien ». La situation est explosive et aura des conséquences diplomatiques importantes.

Analysons l’état actuel de cette dernière information communiquée par RFI :

🟢 La publication vidéo est bien issue du média RFI. Publiée le 13 juillet à 10H00. L’auteur du sujet est Carrie Nooten, correspondante à l’ONU pour RFI et Le Monde. L’article écrit est plus complet que sa version audiovisuelle.
 
❓ La source onusienne « exclusive » qui permet à RFI d’affirmer l’existence d’une confusion au sein de l’ONU, est une source anonyme. En opposition à des déclarations officielles nominatives. Le résumer audio des faits tend à confondre des éléments différents comme le statut SNE, l’intégration directe dans la MINUSMA, les demandes et leur réponse ou absence de réponse. Questions de la rédaction envoyées à RFI.
 
🛑 Le porte parole de la MINUSMA ne se contente pas démentir l’absence de statut MINUSMA pour les 49 militaires. Il précise dans quel cadre leur demande aurait été effectuée.
Olivier Salgado : « Les soldats interpellés hier dimanche à l’aéroport de #Bamako ne font pas partie de l’un des contingents de la #MINUSMA. Ces soldats sont déployés depuis plusieurs années au #Mali dans le cadre d’un appui logistique pour le compte de l’un de nos contingents. D’après nos informations, leur relève du 10 juillet aurait été préalablement communiquée aux autorités nationales. Les Éléments Nationaux de Soutien (NSE) sont des effectifs nationaux déployés par les Pays Contributeurs de Troupes, en soutien à leurs contingents. (…) Nous œuvrons à ce que les relèves de contingents originaires d’Afrique de l’Ouest, qui accusent un retard du fait de l’absence des autorisations requises, puissent intervenir au plus tôt. »

🟢 Les soldats ivoiriens n’auraient pas de statut NSE. ONU et autorité malienne s’accordent sur ce point.

❓ Les déclarations d’Olivier Salgado comprennent une zone grise. Selon ses informations les militaires ivoiriens ont tout de même envoyé une demande d’autorisation. Sans que l’on sache ce qu’elle est devenue. La version du coup d’Etat semble peu probable. Mais où se situe la faute dans les demandes d’autorisation entre l’émetteur ivoirien, l’intermédiaire onusien et le récepteur malien ? Questions de la rédaction envoyées à l’Organisation des Nations Unis et à la MINUSMA pour éclaircir la situation.

🟢 Carrie Nooten qui a servi d’intermédiaire entre la source anonyme et RFI n’est pas connue pour être affiliée à des désinformations.
 
Concernant l’affirmation de RFI : l’ONU a été prévenue « bien en aval » de l’arrestation des militaires ivoiriens.
 
🛑  RFI ne donne aucune date sur les demandes de contrôle des autorités maliennes envers l’ONU. « bien en aval » n’est pas un propos suffisant dans une publication qui fait désormais le tour de la planète en impliquant une forte accusation contre la Côte d’Ivoire. Questions de la rédactions envoyées à Carrie Nooten.
 
❓  RFI indique que les enquêteurs sont intervenus le 12 juillet. Pour une demande bien en aval, il est difficile de comprendre comment les enquêteurs peuvent intervenir après l’arrestation du 10 juillet. Questions de la rédaction envoyées à l’ONU pour obtenir la chronologie des demandes, réponses ou absence de réponse.
 
A l’heure actuelle la confusion repose sur l’absence de détails administratifs pouvant confirmer ou démentir les déclarations réciproques. Pourtant les demandes d’autorisations militaires et les demandes de vérifications sont des démarches traçables. Plusieurs hypothèses restent ouvertes concernant les fautes administratives ou politiques ayant engendré cette crise diplomatique. Nous tâcherons de vous communiquer les éléments factuels que nous obtiendrons.