PRAGMAMEDIA-LOGO

9500 victimes civiles en Ukraine selon l’ONU

9500 victimes civiles en Ukraine selon l’ONU

civils ukrainiens enfants onu bilan
civils ukrainiens enfants onu bilan
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram

Il s’agit du bilan officiel de l’ONU qui ne comptabilise que les blessés et décès dont le croisement des sources confirme l’identité des victimes. Le bilan réel est plus élevé. On dénombre aussi 5 millions de réfugiés ukrainiens en Europe.

Les faits : le nombre de victime a presque doublé depuis avril

Dans son rapport du 27 avril l’organisation internationale rapportait 5900 victimes civiles dont 2700 décès. Le 10 juin ces chiffres s’élèvent à 9500 victimes dont 4300 décès.

L’agence des Nations Unies pour les réfugiés a lancé un portail d’information pour suivre l’exode du peuple ukrainien. Le 16 juin le nombre de civils qui se sont réfugiés dans d’autres pays européens s’élève à 5.137.000. Soit 11 % du total de la population ukrainienne.

Outre la difficulté pour accéder aux villes frappées par la guerre, cette exode massive explique en partie le bilan humain. Certaines villes ont presque entièrement été dépeuplées, réduisant les pertes lors des combats. Un moindre mal difficilement obtenu puisque la presse internationale a rapporté de nombreux tirs des forces russes sur les convois humanitaires. Dont notamment l’attaque du 30 mai 2022 ayant engendré la mort du journaliste de BFMTV Frédéric Leclerc-Imhoff présent dans un camion circulant sur un axe d’évacuation. Le parquet national anti terroriste a ouvert une enquête pour crime de guerre et souhaite l’extradition des responsables en vue d’un jugement en France.

Mais ces exactions contre les convois humanitaires empêchent aussi de constater des pertes humaines. Alors que le récent procès d’un soldat russe en Ukraine confirmait la pratique de l’armée russe consistant à assassiner les civils témoins de mouvements de troupe, les morts de journalistes s’ajoutent aux dissuasions contre les observateurs. Or l’ONU utilise aussi les images et enquêtes des journalistes pour statuer. 14 journalistes ont perdu la vie depuis le début de la seconde invasion en Ukraine.

Malgré les nombreux rapports et la continuité des enquêtes, l’ONU n’a toujours pas déclaré la Russie responsable de crimes de guerre. Elle indique que sa méthodologie ne lui permet pas encore de différencier la volonté de tuer et les dégâts collatéraux.

« à ce stade, nous ne sommes pas en mesure de faire des constatations factuelles ou de nous prononcer sur des questions relatives à la qualification juridique des événements » indique Erik Mosek président de la commission d’enquête sur l’Ukraine.

Le contexte : une catastrophe humanitaire et la vulnérabilité des enfants

Devant l’ampleur du drame, l’ONU met en place plusieurs entrepôts pour apporter une aide aux réfugiés. Les plus importants se situent en Pologne et contiennent plus de 160.000 couchages acheminés vers l’Ukraine à travers une flotte de 172 camions. Des cartes de crédit sont aussi distribuées avec des fonds devant faciliter l’exode. La Pologne participe fortement au dispositif et prend en charge plus d’un million de réfugiés. La Slovaquie, la Roumanie et la Moldavie font parti de ce dispositif frontalier.

Si des familles arrivent à fuir la guerre, un nouveau drame est redouté : le trafic d’enfants. La Russie a annoncé des procédures accélérées de nationalisation et d’adoption pour les enfants ukrainiens présents dans le Dombass occupé. Le 15 juin Dans un débat au Conseil des Droits de l’Homme, la Haute-Commissaire Michelle Bachelet confirme l’existence d’une enquête sur le sujet. La crainte porte sur le placement d’enfants ukrainiens en Russie qui ne seraient pas orphelins, mais séparés de leurs parents lors des combats. Un risque d’autant plus inquiétant que la Russie a par le passé utilisé les orphelinats pour conditionner des enfants à l’ultra nationalisme. Vladimir Poutine est lui même issu de l’un de ces établissements que la chute de l’URSS n’a pas fait disparaître.

Si le niveau d’endoctrinement a changé, il demeure présent et les conditions de vie des enfants y sont très dures. Selon Boris Altchouler, président de l’ONG Droits de l’enfant : «Les enfants y vivent comme des soldats en caserne».

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram