PRAGMAMEDIA-LOGO

Cnews trompe son audience en invitant Christian Peronne

Cnews trompe son audience en invitant Christian Peronne

perronne a cnews
perronne a cnews
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram

De Boulevard Voltaire aux Zemmouristes convaincus, la chaîne du groupe Bolloré semble ne plus attacher aucun intérêt à la déontologie du journalisme. L’industriel français est-il en train de tabler sur une audience complotiste ?

La question se pose face à des choix éditoriaux qui renforcent la pénétration des fakes news.

Les faits : Dernier cas en date : Monsieur Perronne invité de « Les Points sur les I » du dimanche 21 novembre pour promotionner ses livres et prononcer une suite d’affirmations sans vérification scientifique. Dans un bégaiement gênant, le « spécialiste des maladies infectieuses » enchaîne les rumeurs et appelle à « regarder les cartes du monde » pour constater la mortalité liée au vaccin, tout en niant l’existence d’une cinquième vague de Covid-19. Quelles cartes ? Publiées par qui ? Vous ne le saurez pas, nous sommes dans le registre du bavardage accrédité par l’argument d’autorité.

Contexte : Incapable d’indiquer quels éléments du vaccin augmenteraient la mortalité, l’individu se contente de vague référence sans études ni données contradictoires face à un plateau sans préparation qui s’indigne sans pouvoir argumenter.

Si le présentateur Thomas Lequertier s’oppose sur la forme aux propos de Monsieur Perronne et introduit l’émission en le qualifiant « d’ancien chef de service des maladies infectieuses à l’Hopital Raymond Poincaré de Garches », l’insert lui le fait néanmoins passer pour un spécialiste en fonction.

Enjeux : Et là se pose un problème de duplicité pour une émission qui loin d’être regardée du début à la fin est souvent consultée en cours de route. Son licenciement est vaguement évoqué et interprété comme une censure, sans considération sur les motifs factuels l’ayant occasionné. Puis l’insert l’indique comme étant toujours en activité à Garches. Un choix surprenant puisque le docteur a été démis de ses fonctions en 2020 suite à son manque de professionnalisme et sa participation au documentaire complotiste « Hold Up ». Outre la sanction de l’AP-HP, Perronne reçoit l’opposition de l’Ordre des médecins et de La Fédération française contre les maladies vectorielles à tiques.

On se demande alors quelle est l’utilité de promotionner une personne qui a perdu son poste pour avoir affirmé que les tests de dépistage du Covid-19 étaient inutiles, pour avoir mis en doute la nécessité du port du masque dans le métro et qui pour ne pas avoir à répondre aux contre-arguments, s’est contenté d’affirmer sans la moindre preuve, que les opposants à l’hydroxychloroquine sont « achetés par les laboratoires pharmaceutiques ».


Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram