PRAGMAMEDIA-LOGO

Le plan du gouvernement face au 93 départements en situation de sécheresse

Le plan du gouvernement face au 93 départements en situation de sécheresse

sécheresse feuille de route gouvernement france
sécheresse feuille de route gouvernement france
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram

Les spécialistes ont prévenu, les récentes averses ne suffiraient pas à compenser le manque de pluie des mois précédents. Le dernier bulletin du ministère de l’Ecologie confirme la situation de crise. La feuille de route du gouvernement pose des pistes intéressantes, tout en omettant l’essentiel.

 

Les faits : Fin de la vigilance crue et maintien des alertes sur la sécheresse

Le dernier bulletin d’information publiée par le Ministère de l’Écologie date du 22 août. 93 départements sont en alerte dont 78 au niveau le plus élevé.

La désignation d’une sécheresse ne situe pas un niveau d’inconfort ou de ressenti. La sécheresse définie par l’État indique les pénuries d’eau qui ont un impact direct sur la faune et sur la flore : baisse des cours d’eau, prolifération bactérienne, manque d’eau potable, baisse de la végétation disponible pour les herbivores, etc.

Deux éléments contribuent à la sécheresse : le changement climatique qui modifie la pluviométrie par rapport à l’écologie habituelle. Et la consommation d’eau par l’ensemble du vivant et particulièrement par l’humain.

Si certains aiment se rassurer en repensant à des sécheresses historiques notamment celle de 1976, il convient de rappeler qu’une telle comparaison est une forme de sophistique. C’est à dire une illusion de rationalité. Si les sécheresses ont toujours existé, l’on parle de changement climatique au regard des fréquences et intensités de ces évènements. Le fait même de ne savoir citer que quelques exemples passés confirme le changement. Puisque désormais les sécheresses sont annuelles, plus longues et plus précoce.

Face aux données météorologiques du début d’année, le Comité d’anticipation et de suivi hydrologique s’est réuni dès le 16 mars par crainte d’une sécheresse intense. Notons qu’en 2019, 15.000 hectares de forêt ont brûlé durant l’année. C’est une superficie inférieure au seul feu de forêt cet été en Gironde, estimé à plus de 20.000 hectares. La totalité des feux subis cette année correspond à 60.000 hectares partis en fumée. Si les départs de feu trouvent une cause humaine 9 fois sur 10, la capacité de propagation des incendies est directement liée à la sécheresse.

Le contexte : La feuille de route gouvernementale face à la sécheresse

Le gouvernement a publié une feuille de route qui liste 5 domaines d’action. Le premier concerne la surveillance de la ressource en eau. Le Ministère de l’Écologie annonce la mise en place d’un fond de 100 millions d’euro pour les agences de l’eau. L’objectif est de renforcer les 7330 infrastructures de contrôle des niveaux d’eau.

En lien direct avec la surveillance, la seconde action gouvernementale consiste à limiter l’utilisation de l’eau selon 3 niveaux de mesure. Allant du simple conseil sur la baisse de sa consommation, à l’interdiction pure et simple selon l’usage. Vous pouvez consulter ces interdictions par localité à partir de l’outil Propulvia.

Le troisième volet du plan gouvernemental est dans la sensibilisation des particuliers et des entreprises pour les inciter à limiter leur consommation d’eau même en dehors des restrictions par arrêté. En France, le volume annuel d’eau consommé est estimé à 5,3 milliards de m3. Le secteur agricole représente 45% de la consommation d’eau, le refroidissement des centrales électriques 31%, l’eau potable 21% et les usages industriels 3%.

Le dernier point du programme est le plus important lorsque la sécheresse est déclarée : le contrôle des prélèvements d’eau. Qui concerne principalement le domaine agricole. Mais là, force est de constater que les moyens ne sont pas mis en place. En 2021 seulement 6 912 contrôles ont été effectués. Pour le seul milieu agricole, on compte pourtant en France plus de 440.000 exploitations. L’arrêt des pompages illégaux dans les cours d’eau et dans les nappes phréatiques durent généralement jusqu’au passage d’un contrôleur. Vu leur fréquence, l’effet de dissuasion paraît bien faible.

Les enjeux : Que pourrait faire le gouvernement et avec quelles conséquences ?

Puisqu’il manque des moyens dans le contrôle de la ressource, l’automatisation par les outils technologiques pourrait être la solution la plus efficace. Les particuliers sont déjà contrôlés instantanément concernant leurs salaires, leur consommation d’eau, de gaz et d’électricité, il serait possible d’établir un système similaire dans l’agriculture. Mais puisque les prélèvements illégaux ne passent pas par les réseaux de distribution habituel, c’est l’humidité du sol des exploitations qui constituerait un indicateur fiable. Avec par exemple la mise en place de sondes dans les champs permettant d’avoir un retour direct sur leur arrosage. Lorsque la sonde indique une hausse de l’humidité du sol en situation de sécheresse, l’opérateur saura à quoi s’en tenir. Et pourra ainsi envoyer les contrôleurs non plus au hasard, mais à partir de faisceau d’indice (ndlr : il s’agit d’une réflexion émise par la rédaction qui n’existe pas actuellement au niveau des pouvoirs politiques).

Cependant il y a t’il une réelle volonté politique de limiter les pompages illégaux ? Une dissuasion efficace engendrerait de fait des pertes colossales pour l’agriculture française et pour les secteurs de la transformation et du transport. Il est donc difficile d’imaginer une action forte du gouvernement.
Ce dernier indique néanmoins vouloir accompagner les agriculteurs dans la recherche de solutions et gestions alternatives aux pratiques actuelles. Mais la feuille de route reste assez sommaire sur cette question. Nous pouvons la développer dans un futur article si vous sollicitez la rédaction sur ce sujet.

En revanche, la feuille de route du gouvernement ne comprend aucune partie s’intéressant aux causes de la sécheresse. A savoir le dérèglement climatique. La politique choisit consiste donc à traiter les effets plutôt que les causes.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram